Viande de porc de la Gruyère

Tout est calme. Seuls les oiseaux gazouillent joyeusement en ce matin de printemps. Nous sommes à l’entrée de la porcherie et très étonnés de l’atmosphère calme et apaisée qui règne ici. André Pittet et son fils, Christophe, exploitent depuis 13 ans un élevage porcin à Vuadens. Nous sommes chaleureusement accueillis et immédiatement invités à prendre un café avec un morceau de gruyère et du pain. Nous prenons place sur la banquette d’angle dans le bureau. André commence à nous raconter: «J’avais une exploitation laitière. Et lorsque la fromagerie du village s’est mise à la recherche d’un repreneur de son petit-lait, nous sommes passés à l’élevage porcin.». 1'000 bêtes sont élevées dans la porcherie.

.

.

 

Un circuit écologique fermé a ainsi vu le jour à Vuadens.

André livre son purin aux agriculteurs du village. A leur tour, ils confient leur lait à la fromagerie du village. Chaque jour, vers 11 heures, André va chercher le petit-lait. Le petit-lait, très riche en vitamines, a une teneur élevée en minéraux. En amalgame avec un mélange de céréales, les animaux reçoivent tout ce dont ils ont besoin.

.

.

L’intérieur propre de la porcherie est lumineux; le système automatisé des stores s’enclenche selon la température et l’époque de l’année. Ils procurent non seulement plus de lumière mais aussi un climat sain dans la porcherie grâce à l’approvisionnement d’air. Des boxes s’échappent ici et là des grognements. Ce sont des animaux curieux et ils viennent nous flairer. Il est alors très important qu’ils aient en permanence des possibilités d’occupation à leur disposition. André a garni les boxes de paille longue sur laquelle les animaux dorment et dont ils se servent pour s’y rouler et la mordiller. Il doit y avoir en tout trois zones accessibles aux porcs en tout temps: des litières recouvertes de paille, des surfaces en caillebotis (rainures pour faciliter l’élimination des excréments) et un parcours extérieur pour se dégourdir.

.

.

Toutes les 2 semaines, André accueille 120 porcelets de huit semaines issus du même éleveur. Les porcelets sont répartis par fratrie dans les boxes en métal. Cela leur évite les querelles de hiérarchie. Ils sont nourris trois fois par jour et atteignent le poids de 100 kilos après 100 jours environ. André a de l’expérience et sait quand un porc a atteint le poids idéal d’abattage sans avoir besoin de le peser.

Il m’explique que les porcs aiment bien passer la nuit dehors en été et que l’exploration de leur environnement est toute aussi importante qu’une nourriture savamment dosée. Grâce aux sorties en plein air, les animaux sont plus détendus et cela se répercute de manière positive sur la qualité de la viande. Et puis, il me confie un autre secret:

 

«Les poils longs sur le bout de la queue en tirebouchon est signe que les porcs se sentent bien.»

.

.

.

TOOLBOX
Classement durable
Allimentation bio
Espace libre Espace libre
Espace libre Plus d'espace dans l'étable Litières en paille
Litières en paille Litières en paille Plus d'espace dans l'étable
Good Better Best
standard légal
Ces articles sont disponibles en exclusivité dans les marchés Prodega suivants: Moosseedorf, Berne, Heimberg, Wilderswil, Bienne, St-Blaise, Givisiez, Satigny, Crissier, Rennaz, Conthey, Brigue
Filet mignon de porc de la Gruyère Label Schweizer Fleisch
Filet de porc de la Gruyère spécial Label Schweizer Fleisch
Filet de porc de la Gruyère long Label Schweizer Fleisch
Côtelette de porc de la Gruyère spéciale Label Schweizer Fleisch
Cou de porc de la Gruyère Label Schweizer Fleisch
Quasi de porc de la Gruyère Label Schweizer Fleisch