Miel d’abeille noire

Werner Walker ne conçoit plus sa vie sans abeilles. Passionné d’apiculture depuis 1974, il s’occupe, en tant qu’éleveur principal de l’association d’apiculteurs Werdenberg, du maintien de notre plus ancienne espèce indigène: l’abeille noire du pays. Jadis la seule abeille mellifère au nord des Alpes, l’abeille noire fut supplantée dans de nombreuses régions par l’introduction de nouvelles espèces, si bien qu’elle est aujourd’hui menacée. Malgré sa protection, son territoire reste fortement réduit et morcelé.

Pour un maintien de la biodiversité qui ait du sens

.

.

Le maintien de la diversité des espèces est un impératif de notre époque. En ce sens, l’abeille noire du pays, indigène, représente un exemple unique et saisissant d’adaptation au climat local. En plus de faire partie de notre patrimoine culturel, elle présente des caractéristiques très appréciables comme la gestion parcimonieuse de ses réserves, une bonne résistance à l’hiver pendant lequel elle passe aussi une longue phase sans reproduction. Sa carapace noire caractéristique se réchauffe vite, ce qui lui permet de rester active même à des températures plus basses. Elle vit en harmonie avec notre flore et pollinise volontiers les plantes sauvages, d’où le grand intérêt écologique de son comportement, pour l’agriculture et le maintien de la diversité des plantes.

.

.

.

Jour après jour, Werner prend soin avec un zèle infatigable d’une cinquantaine de ruches. Certaines se trouvent dans son jardin féerique, mais les boîtes de toutes les couleurs bourdonnent aussi sur les appuis de fenêtre de sa maison. «En plus de sa longue durée de vie et du fait qu’elle constitue des réserves gérées avec économie, ce qui me plaît chez l’abeille noire, c’est son tempérament peu agressif». Mais sauvegarder la race pure représente un défi pour les apiculteurs. En effet, les reines s’accouplent en vol, et pour ce faire elles partent dans la nature, en lune de miel. C’est pourquoi la station de fécondation «Val Cup» se trouve dans une zone boisée isolée, où les reines de Werner sont fécondées par des faux bourdons de race pure.

.

.

La ruche: un modèle d’organisation

Une ruche se compose d’une reine, de quelque 40 000 ouvrières et de faux bourdons. La tâche de l’abeille ouvrière femelle varie selon son âge: au cours des deux premiers jours après l’éclosion, elle assume le nettoyage des alvéoles. Ensuite, elle nourrit la reine et les larves. À son douzième jour de vie, elle s’attèle à la construction des rayons d’alvéole. Ce n’est pas avant une vingtaine de jours qu’elle deviendra butineuse. Le pollen est alors chargé sur les pattes postérieures tandis que le nectar est prélevé avec la trompe puis stocké dans les poches à miel. Ainsi, l’abeille est capable de transporter plus de la moitié de son poids et parcourt, pour un kilo de miel, l’équivalent de quatre fois le tour de la terre!

.

Revenues à la ruche, les butineuses remettent leurs cargaisons aux chimistes, qui les transmettront à une troisième équipe. Le nectar est ainsi successivement enrichi avec des enzymes, des protéines, des acides et d’autres substances. Le miel fabriqué est emmagasiné dans les rayons de la partie supérieure du nid et scellé avec de la cire. L’apiculteur ne peut récolter le miel que quand les besoins en nourriture de la ruche sont couverts. La qualité du miel est due à sa teneur en eau et en enzymes (la première étant faible et la seconde élevée) – ainsi qu’à la grande variété de pollens qu’il contient.

.

.

.

Le Presidio Slow Food est né en collaboration avec ProSpecieRara et se compose d’une douzaine d’apiculteurs qui veillent à la sauvegarde de l’abeille noire.

.

Les Presidi sont des projets de Slow Food destinés à protéger les petites productions de qualité réalisées selon des méthodes artisanales traditionnelles.

www.slowfoodfoundation.com

www.slowfood.ch

TOOLBOX
Classement durable
Reconversion complète de l‘exploitation
Bio Bio
Des exigences de certification plus élevées en matière de biodiversité des cultures Pas de produits phytosanitaires chimiques et synthétiques Pas de produits phytosanitaires chimiques et synthétiques
Good Better Best
standard légal
Miel d’abeille noire, 500 g .