Poulet suisse d’élevage en plein air

1 1 Like

Content: 

Il est 12 h 50. Dehors, l’air généralement froid de décembre est plutôt doux. Un vent léger parsème quelques gouttes de pluie sur nos visages. Des nappes de brouillard s’étirent devant les contreforts du Napf. C’est magnifique et si calme là-haut. La ferme de la famille Flükiger est nichée dans un paysage idyllique à 730 mètres au-dessus du niveau de la mer dans la commune de Dürrenroth au cœur de l'Emmental.


Intrigué par notre venue, Sepp le chat tigré de la ferme, s’approche de nous. Avant même que nous puissions nous annoncer, la porte de la grange s’ouvre toute grande et Thomas Flükiger nous accueille. Il est le fils de Daniel et Ursula Flükiger. Le couple gère une exploitation mixte entre agriculture, production de lait et élevage de volaille. C’est avec eux que nous avons rendez-vous aujourd’hui.


Annexée à la ferme typique de l'Emmental, fondée en 1935, avec son magnifique jardin, se trouve le poulailler. Nous y pénétrons. Il y règne une agréable température de 20 degrés. Le caquètement des poules est mélodieux et apaisant. Le sol est jonché de brins de paille. Soudain, un bruit attire notre attention… c’est l’installation de nourrissage automatique qui vient de s’enclencher. Les poules picorent un mélange de blé, de maïs, de soja et de vitamines. Elles se désaltèrent aux abreuvoirs à tétines. Pour dormir, ce sont les perchoirs les plus élevés qui sont les plus convoités.


Le caquètement des poules est mélodieux et apaisant


Les mâles et les femelles sont élevés ensemble en petits troupeaux. Les volatiles sont robustes, résistants aux intempéries et curieux. Pour cet élevage, on sélectionne des races à croissance lente. Les petits poussins d’un jour proviennent uniquement de couvoirs suisses et vivent pendant 57 jours à la ferme des Flükiger. «C’est toujours un beau moment pour nous lorsque les poussins arrivent dans notre ferme», s’enthousiasme Madame Flükiger. Pour les accueillir, le poulailler est chauffé à 30-31 degrés. Les premiers jours, Madame Flükiger leur voue une attention toute particulière en venant plusieurs fois par jour dans le poulailler.


Les petits poussins d’un jour proviennent uniquement de couvoirs suisses


Parfois, ils font faire un tour de la ferme à leurs petits-enfants. Les petits garçons adorent les poussins et, souvent, ils s’attardent dans le poulailler pour écouter leurs piaillements ou les attirent en criant «cui cui cui» pour tâcher de les apprivoiser.


Au plus tard, dès leur 22e jour de vie, les poussins doivent se familiariser avec le climat extérieur et l’espace libre des pâturages pendant au moins 8 heures par jour. Chacun d’entre eux dispose d’une surface d’au moins 2 m2.


Lorsqu’ils sont en plein air, les poussins gambadent et picorent des vers de terre et de l’herbe. Des arbrisseaux et des arbres les protègent et leur procurent naturellement de l’ombre. C’est un jeu d’enfants pour les rapaces ou les milans de se servir. «De temps en temps, ils en emportent un.», raconte Madame Flükiger. A quoi, elle ajoute: «Cela fait mal au cœur, mais c’est la loi de la nature». Cependant, à la tombée de la nuit, elle ramène le petit troupeau dans le jardin d’hiver pour les protéger des animaux sauvages. «C’est à ce moment-là que les renards et les lapins se souhaitent la bonne nuit», s’exclame-t-elle fière de son chez soi.


C’est un jeu d’enfants pour les rapaces ou les milans.


«De temps en temps, ils en emportent un» raconte Madame Flükiger. A quoi elle ajoute: «Cela fait mal au cœur, mais c’est la loi de la nature».


Par les jours de grande chaleur, les volatiles préfèrent rester dans le poulailler. Il en est de même lorsqu’il fait froid, comme aujourd’hui. Ils se répartissent dans le poulailler et dans la partie extérieure recouverte d’un toit. Ils utilisent les brins de paille qui recouvrent le sol pour y creuser un trou, pour se débarrasser de la poussière ou pour picorer les graines de blé disséminées par Madame Flükiger.


«Le bien-être des animaux compte énormément à nos yeux». Il en va de même pour leur fils Thomas qui a l’intention de reprendre les affaires de la ferme en main plus tard.


«Le bien-être des animaux compte énormément à nos yeux.»


Ces poulets fournissent une chair plus savoureuse et plus tendre que celle des poulets d’élevage conventionnel. Cela est dû au fait qu’ils sont plus âgés et qu’ils disposent d’une plus grande liberté de mouvement. Environ 70 producteurs élèvent, comme la famille Flükiger, des poulets suisses en plein air.


DURABILITÉ

Classement durable du poulet

alimentation bio
plus de place dans le poulailler (< 25 kg/m2)
plus de place dans le poulailler (< 20 kg/m2)
parcours enherbé
parcours enherbé
parcours enherbé structuré
engraissement > 55 jours
engraissement > 55 jours
engraissement > 62 jours
GOOD
BETTER
BEST
Standard légal

Berühren Sie diese Grafik, um die Ansicht zu vergrößern.

MATÉRIEL DE COMMUNICATION POUR VOTRE CARTE DES METS

Toolbox

Dans la toobox, vous trouverez des documents médiatiques autour du produit que vous pouvez utiliser librement pour étoffer votre communication. Il s’agit d’images, de textes, de modèles et de vidéos. Une inscription unique est nécessaire afin de libérer, dès le jour ouvrable suivant, l’accès aux contenus.

Poulet suisse d’élevage en plein air

Poitrine de poulet d'élevage en plein air

Aile de poulet d'élevage en plein air, SG

Cuisse de poulet d'élevage en plein air, SG